Bertrand Demontoux : il faut provoquer sa chance, se la créer !

Après le bac, Bertrand Demontoux s’adonne à sa passion pour le commerce international en décrochant dans cette spécialité un BTS, puis une maîtrise. «Les opportunités de carrière à l’international m’intéressaient. Évoluer dans un secteur d’activité dynamique et compétitif est stimulant !» précise-t-il.

Bertrand supervise alors la promotion et la commercialisation d’un salon international (Made in France) à La Réunion. Pour affiner ses compétences acquises, Bertrand s’inscrit à l’INSEEC où il s’enrichit au contact de professionnels expérimentés du monde viticole. Il choisit pour thème de mémoire l’étude du marché américain et la perte de compétitivité des vins français aux États-Unis afin d’envisager les solutions pour récupérer les marchés perdus. «J’ai utilisé ces réflexions sur le terrain lors de rencontres-dégustation avec des partenaires américains !» précise-t-il.

En mettant ainsi toutes les chances de son côté, diplôme en poche, Bertrand part aux États-Unis pour le groupe Jaillance, leader français des vins pétillants (hors champagne). «En tant que développeur commercial export, je suis chargé de la côte Est des États-Unis, soit le coeur des vins français importés aux États Unis !» s’enthousiasme-t-il. S’il mène à bien sa mission, le jeune homme espère se voir attribuer une zone en tant que responsable de produit.

Et ensuite ? Le jeune homme ambitieux ne manque pas d’idées : «j’envisage de créer ma propre société de négoce en vins et spiritueux, et à long terme, d’investir en Inde et de créer mon propre vignoble et ma propre marque. Il existe sur place un terroir, un savoir-faire intéressant avec des coûts de production compétitifs !» explique-t-il.

Son conseil : «il faut provoquer sa chance, se la créer !»

Un article du Groupe INSEEC